Dorine la Fonsoise | Régénérer son organisme avec l’oxygénothérapie

échos de
leins gardonnenque

Un œil pour
écouter la région

Publié le jeudi 17 Déc 2020
Par EB Rédaction Web

découvrir les bienfaits de l’oxygène hyperbare

Comment devient-on spécialiste en oxygénothérapie hyperbare ? Tout simplement quand un de vos proches se fracture un jour méchamment le col du fémur au ski. Et qu’il décide d’acheter une chambre hyperbare pour se sortir de ce mauvais pas et éviter la prothèse de hanche.

Oui, les fêlés du caisson ça existe. Pas si fêlé que ça finalement puisqu’à raison de 1 h par jour dans le fameux caisson d’oxygénothérapie, et ce pendant 70 jours, le skieur malchanceux a constaté la guérison complète de sa blessure.

C’est ainsi que Dorine Ostalier s’est lancée dans l’aventure en créant il y a un an à Nîmes NEMAUXYGENE, un centre d’oxygénothérapie hyperbare.

Spécialiste en oxygène hyperbare

Dorine est une Fonsoise. Les anciens du village se souviennent certainement de son grand-père et de son arrière grand-père qui, en tant que coiffeurs, ont rectifié la coupe à de nombreux Fonsois.

Sous pression pour évacuer le stress

L’oxygénothérapie en caisson hyperbare consiste à respirer de l’oxygène à une pression supérieure à la pression atmosphérique

Une séance à NEMAUXYGENE correspond à une plongée à 3 m de profondeur, sans palmes mais avec masque et oxygène. Et sans grand bleu ni poissons, bien qu’on s’attende à tout moment à les apercevoir par les hublots du caisson.

On s’installe tout d’abord confortablement sur un matelas dans une sorte de tente type  » Quechua ».

On se met en position assise ou allongée, c’est selon les goûts.
On prend à bord si on veut son bouquin, son portable ou sa tablette.

Et le voyage régénérant peut commencer.

Car 1 heure passée dans un des sous-marins bleus au centre de Dorine Ostalier  est source de bienfait, de bien-être et de repos. En effet, l’oxygénothérapie c’est d’abord cela.

Plonger en se pinçant le nez

À l’extérieur la thérapeute est aux manœuvres sur le pont et veille au grain du protocole d’oxygénothérapie. Mais en fait de grain, il s’agit surtout de mer d’huile et de calme plat.

C’est ainsi qu’à l’abri dans son cocon-caisson, on respire tranquillement l’oxygène qui arrive directement dans le masque.

Et c’est tout.

On entame la descente virtuelle jusqu’à 3 m de profondeur puisque l’intérieur étanche de l’habitacle est peu à peu soumis à la pression de l’air qui y pénètre (1,3 bar au final). La « tente » se gonfle alors comme un poisson ballon et on se retrouve là-dedans comme un poisson dans l’eau.

C’est le moment d’avoir recours à la méthode Valsalva si les oreilles se bouchent. Mais cela ne concerne pas tout le monde car certains ignorent ces désagréments.

Caisson oxygène hyperbare

Remonter en baillant

Une fois atteinte la pressurisation préconisée, on a aussi le droit de piquer un petit roupillon ou d’en profiter pour faire une séance de méditation.

« Don’t disturb, régénération en cours« .

En fin de séance, lors de la « remontée en surface » et donc de la dépressurisation, penser cette fois-ci à bailler pour déboucher les oreilles.

L’info de la spécialiste :  » en avion c’est la même chose. En effet, et contrairement à ce que l’on croit, il faut bailler lorsque l’on monte et faire le Valsalva quand on descend. »

Les bienfaits de l’oxygénothérapie

Les répercussions bienfaisantes de l’oxygène sur l’organisme sont multipliées par 8 dans un caisson hyperbare. Tout simplement parce que le corps est mis sous pression de façon optimale.

Les indications sont nombreuses, car inhalé dans ces conditions l’oxygène permet de :

  • nettoyer et régénérer le corps en totalité (anti fatigue, anti stress),
  • combattre l’inflammation,
  • activer la cicatrisation (suites d’une opération),
    soulager les blessures, les douleurs et les accidents musculaires (c’est l’ami des sportifs),
  • stimuler les capacités cognitives (c’est le carburant du cerveau),
  • embellir la peau (anti vieillissement, anti radicaux libres, etc.)
  • guérir les nécroses,
  • lutter contre les acouphènes,
  • etc.

L’idéal est de faire une séance d’oxygénothérapie une fois par mois, mais les résultats sont immédiats et durables dès la première séance.

L’oxygénothérapie ciblée

Les bénéfices retirés de l’oxygénation hyperbare sont déjà exploités (ou en passe de l’être) dans plusieurs domaines : professionnel, sportif, loisir, médical, etc.

Les pompiers

En cas d’ingestion de monoxyde de carbone sur les feux, les pompiers ont généralement recours à l’oxygénothérapie. Une simple séance d’une heure en caisson suffit à désintoxiquer le sang.

Les footballers professionnels

Le FC Nîmes Olympique a fait confiance à Dorine Ostallet pour entretenir la forme des joueurs et soulager les accidents sportifs.

Caisson oxygène hyperbare

La Covid19

L’hôpital Sainte-Anne de Toulon a obtenu des résultats encourageants dans le traitement de la maladie en plaçant les malades dans des caissons hyperbare.

La tombola de Noël à Nemauxygene

Voici Noël et le temps des cadeaux. Des cadeaux pour les autres mais aussi pour soi, car il n’y a pas de mal à se faire du bien en profitant des bienfaits de l’oxygénothérapie en caisson hyperbare à NEMAUXYGENE.

C’est le moment de participer à la tombola jusqu’au 20 décembre pour gagner une séance d’oxygénothérapie. En effet la chance vous permettra peut-être de découvrir comment booster vos défenses immunitaires face aux agressions extérieures et régénérer votre organisme. Renseignements ici.

Contact : 06 74 06 46 03

Loterie Noël oxygénothérapie

ces articles pourront vous intéresser…

Partager

Partagez cet article sur Facebook ou Twitter pour en faire profiter vos amis