Transhumance | À pattes vers Les Cévennes

échos de
leins gardonnenque

Un œil pour
écouter la région

Publié le vendredi 28 Mai 2021
Par EB Rédaction Web
Catégorie : Événements

Dimitri et son troupeau vont traverser nos villages

Le 13 juin 2020 Dimitri et ses 450 brebis traversaient Saint-Mamert du Gard, en partance pour l’Espérou et le lac des Pises sur la commune de Dourbies dans les Cévennes. L’attente avait été un peu longue pour les spectateurs qui avaient du patienter un bon moment, surtout sous l’orage qui s’arrêta comme par miracle alors que le troupeau rentrait dans Saint-Mamert. Mais comme le dit si justement le berger : « ce sont les bêtes qui décident de la cadence à suivre. »

Voir passer une transhumance, c’est un peu comme voir passer le Tour de France. On attend des heures et en 5 mn le spectacle est fini. Mais quel spectacle !

La Transhumance de Dimitri se mettra de nouveau en marche le mercredi 9 juin 2021

Direction les Cévennes comme chaque année…

Les 440 brebis décorées comme le veut la tradition (puisqu’elles ne seront pas en deuil cette fois-ci), assureront à nouveau le spectacle (*). Car en règle générale petits et grands adorent voir passer ces concentrations de pelotes sur pattes, quand ils ne se décident pas aussi à leur emboîter le pas.

  • Le troupeau du berger Dimitri partira vers 9h de la bergerie du Clos Gaillard, route de Nîmes, en direction de Gajan qu’il traversera.
  • Il devrait arriver à Saint-Mamert vers midi.
  • Il prendra ensuite la direction de Moulézan où il passera la nuit.
  • Puis il poursuivra sa route vers la montagne.

Tout cela en suivant des drailles bien entendu.

En 5 jours de marche Dimitri et ses brebis rejoindront l’Espérou pour la fête de la transhumance du dimanche 13 juin, où ils feront une halte. Histoire pour les bêtes de jouer les vedettes avec les copines dans cette manifestation haute en sonnailles et en couleur.

Puis sur le coup de 16h30 le troupeau finira, toujours à pattes, la distance qui le sépare du lac des Pises. Et c’est alors que les marcheuses, qui l’auront bien mérité, pourront enfin tranquillement s’en mettre plein la panse. Car c’est là qu’elles passeront l’été avant de redescendre, mais cette fois en camion.

(*) Spectacle à suivre dans le respect des mesures sanitaires préconisées.

ces articles pourront vous intéresser…

Partager

Partagez cet article sur Facebook ou Twitter pour en faire profiter vos amis