Saint-Mamert du Gard | Vendanges 2020 au Mas d’Espanet

échos de
leins gardonnenque

Un œil pour
écouter la région

Publié le lundi 24 Août 2020
Par EB Rédaction Web

Une récolte à l’ancienne

Le progrès a bien facilité la vie des viticulteurs et des vignerons. Vendanger à la machine fait épargner du temps et de la fatigue. Pourtant au Mas d’Espanet, on continue de pratiquer les vendanges à la main. Découvrez comment Agnès et Denys Armand privilégient le lien avec la nature pour créer leurs vins.

Des vendanges à la main

Pourquoi continuer à ramasser manuellement quand la machine débarrasse une vigne de ses grappes en moins de temps qu’il n’en faut pour apprécier un bon vin ? Surtout quand la nuit n’arrête pas l’infatigable mécanique ?

Au mas d’Espanet, Denys Armand met en avant :

  • le respect de la souche, qui du coup n’est pas confrontée à la brutalité d’une machine,
  • la moindre oxydation des jus,
  • une vendange « plus pointue » de la parcelle car les grappes ne sont pas oubliés,
  • les petits volumes que les seaux des vendangeurs déversent dans de petites bennes. Cela permet une meilleure vue d’ensemble du raisin ramassé pour ne conserver que le meilleur.

Davantage de temps et de fatigue peut-être, avec  parfois des aléas liés à la main d’œuvre humaine, mais le vigneron indique s’y retrouver qualitativement.

Une viticulture en phase avec la nature

Au Mas d’Espanet, on vit au rythme de la vigne et c’est la nature qui décide.

 bio et biodynamie

  • Bio : on fabrique des purins et des tisanes de plantes séchées pour soigner la vigne.
  • Biodynamie : on met à profit l’influence lunaire et astrologique. On se sert de calendriers instructifs liés aux jours, aux racines, aux fruits et aux fleurs, etc.

induction florale

Elle se produit fin juin et est déterminante pour la récolte de l’année suivante. En 2019, elle a malheureusement eu lieu en pleine canicule.

thiols

Les thiols renseignent sur les arômes en début de maturité des raisins. C’est ainsi qu’au Mas d’Espanet, on a laissé passer des arômes exacerbés d’agrumes (pamplemousse et citron), pour aller vers d’autres, dits « de fruits mûrs et de terroir ».

À noter : les thiols sont les arômes primaires des vins qu’exhale le raisin pour certains cépages de blanc (Sauvignon blanc, etc.) et de rouge (Grenache, Syrah, Merlot, etc.). Certains thiols se manifestent dès la formation des grains. D’autres seront révélés sous l’action des levures et de la fermentation alcoolique.

Homme sous un figuier

Un figuier pour baromètre

Dans la cour du Mas c’est le figuier qui sert de baromètre pour les vendanges. Selon Denys le maître des lieux, le premier jour de la pleine maturité des fruits confirme celle du raisin.

« Quand les figues sont mûres, on peut y aller !« 

Car en l’espace de 3/4 jours, les fruits mûrissent à vitesse grand V de part et d’autre « et il faut alors tenir les cépages précoces à l’œil« .

Les vins du Mas d’Espanet

En ce lundi 24 août 2020, c’est au tour des blancs d’être ramassés. Même s’il y a moins de raisins cette année (en partie à cause du gel), au Mas d’Espanet on semble s’acheminer vers une jolie récolte plutôt homogène, avec pas mal de jus. Les vins passeront l’hiver dans le chais de vieillissement de la propriété.

Les blancs

Chez Agnès et Denys Armand on travaille beaucoup les blancs (Viognier, Sauvignon blanc) car le terroir s’y prête. Ils seront vignifiés en cuve puis élevés en barrique (400l) ou en foudre (4000l).

Les rouges

Leur récolte est aussi en cours, avec des rouges (Pinot noir) ramassés la semaine précédente. Leur fermentation alcoolique est déjà terminée. Suivra une macération courte de 7 à 8 jours. Puis on terminera la vinification. L’élevage des rouges se fait sur 8 à 10 mois. Ils présentent d’ores et déjà « un côté qualitatif très homogène avec des arômes de fruits intéressants« .

L’embouteillage au domaine s’effectuera fin mars, début avril 2021 avec des vins « gourmands, fruités et souples » pour cette cuvée.

Pour les vins haut de gamme AOC Languedoc, il faudra attendre octobre/novembre.

Et partout là où va Denys Armand du Mas d’Espanet, partout vont ses fidèles chiennes.

Une vinification réinventée

Cave avec amphores

Et si la passion permettait encore et toujours de découvrir ou de redécouvrir des façons différentes de vinifier ?
Au Mas d’Espanet on se fait voyageurs et expérimentateurs. On n’hésite pas à tester de nouvelles méthodes pour produire des vins différents. C’est ainsi que le chai des Armands abrite désormais des amphores venues de Crète.

Expérimentation, évolution, assemblage : Denys Armand se fait poète lorsqu’il communique sa passion pour ses créations vinicoles.

Les sangliers invités indésirables

Ils constituent un souci pour les viticulteurs car ils sont très nombreux dans la région. Le Mas d’Espanet est accolé au bois des Lens, et les hardes d’amateurs de raisin que sont les sangliers sont une problématique chaque année quand celui-ci mûrit.

« Nos parcelles sont entièrement entourées de clôtures électriques, mais elles ne sont pas efficaces à 100%. Car il suffit que l’un d’entre eux rentre pour que tous les autres s’engouffrent. Nous devons chaque jour vérifier en totalité l’état des clôtures« .

Sanglier

D’autant plus que par temps sec, les bêtes ne craignent pas vraiment les décharges électriques. « Par contre lorsqu’il pleut leurs sabots font masse et on les entend de loin quand elles prennent le jus« .

En ce qui concerne le jus de raisin, il coulait lui à flot ce jour-là, au pressoir du Mas d’ Espanet.

ces articles pourront vous intéresser…

Partager

Partagez cet article sur Facebook ou Twitter pour en faire profiter vos amis